Mar09262017

Last update11:22:10 AM

Font Size

Profile

Direction

Menu Style

Cpanel
Back Vous êtes ici : Accueil Agir Dans les luttes Pour un soutien à la reprise du site ARJOWIGGINS de Charavines (38)

Dans les luttes

Pour un soutien à la reprise du site ARJOWIGGINS de Charavines (38)

arjo

VOEU Déposé et présenté par le groupe Front de Gauche lors de l'assemblée plénière du 29 juin 2015

Adopté (Pour : FDG/EELV/PSEA/PRG-GE-A - Abstention : FN - NPPV : UDC)

Le 10 avril 2014, le papetier SEQUANA, maison mère d'ARJOWIGGINS, annonçait un plan de restructuration prévoyant le redéploiement de sa production à Stoneywood en Ecosse. Cette annonce aurait comme conséquence directe l'arrêt de deux sites de production dont celui de Charavines en Isère, employant 185 personnes. Le groupe papetier s'était donné un an, avec échéance en juillet 2015, pour trouver un ou plusieurs repreneurs pour son site isérois. En l'absence de repreneur, passé ce délai, le site serait fermé et l'ensemble du personnel licencié.

Parmi les dossiers étudiés par le comité de suivi mis en place depuis, un projet innovant a retenu l'attention des élus locaux et régionaux, des salariés et de leurs représentants. Ce projet porté par Monsieur Garnier et adossé à l'investisseur suisse ANSVAL peut offrir une solution industrielle sérieuse et pérenne. Le repreneur envisage la reprise du site Isérois pour le spécialiser dans la « chromatogénie », afin de supprimer les résines fluorées des papiers d'emballage alimentaire, et relancer une production innovante exploitant un brevet du CNRS et du Centre Technique du Papier de Grenoble. L'investissement dans une machine nécessaire pour cela pourrait être fait par l'entreprise ALLIMAND, située à Rives, ce qui est évidemment positif pour l'emploi.

Ce projet permettrait de sauvegarder un site industriel en maintenant dans l'emploi 80 salariés dans un premier temps et en préservant de nombreux emplois indirects dans le territoire. Il offre une véritable dimension régionale à la fois d'un point de vue environnemental, de santé publique, de soutien à la recherche en Rhône-Alpes et de redéploiement d'une industrie papetière en difficulté récurrente. Il faut préciser que le repreneur a doublé sa participation, de 5 à 10 millions d'euros.

Le maire de Charavines et les élus territoriaux, les salariés de l'usine, avec leur syndicat CGT sont totalement impliqués, notamment dans le comité de suivi, dans la recherche d'une solution qui défende en priorité l'emploi, l'innovation technologique, l'avenir de la filière, du développement régional

Une table ronde a eu lieu au ministère de l'économie le 16 juin. La BPI devrait et pourrait financer ce projet pour en garantir la viabilité mais pour l'instant s'en tient, aux côtés de l'Etat, à l'attente des résultats de l'audit commandité par ce dernier

VŒU

Au regard des éléments exposés, du nombre de demandeurs d'emplois concernés dans notre Région, de la fragilité de nombreuses filières qui menace des milliers d'emplois supplémentaires, du redressement industriel qui doit mobiliser la puissance publique, de la stratégie d'accompagnement à la recherche et à l'innovation industrielle en Rhône-Alpes, de la responsabilité qui incombe aux élus de favoriser des projets soucieux de la question environnementale et de la santé publique, le Conseil Régional Rhône-Alpes demande au Président de la République, au Chef du Gouvernement, au Ministre de l'Industrie et à la représentation nationale :

- De peser de tout leur poids pour que la BPI, par ailleurs actionnaire du groupe SEQUANA-ARJOWIGGINGS, finance ce projet de reprise, favorable à l'emploi, à l'innovation, au développement régional.